SATC New

REEE

Comment faire 30 % sans risque ?

Comment faire 30 % sans risque ?
 De nos jours, les placements garantis offrent très peu d’intérêt. Un CPG fermé de 5 ans rapporte moins de 2 % annuellement. Alors quel peut bien être le produit financier ou régime d’épargne capable de générer 30 % dans le temps de le dire et sans risque ?

Le REEE a cette capacité.

Si on vous reparle du REEE cette semaine, c’est que nous nous trouvons dans une fenêtre particulière. À la fin décembre, si vous n’avez jamais souscrit au REEE de vos enfants ou de vos petits-enfants, vous avez l’opportunité de rattraper les subventions et incitatifs de 2016 et de 2017, et dès janvier, vous pourriez cotiser afin de recevoir ceux de 2018.

En maximisant à hauteur de 2500 $ par année, vous toucherez 1500 $ du fédéral par le programme de la SCEE (Subvention canadienne pour l’épargne-études) et 750 $ du provincial par l’IQEE (Incitatif québécois à l’épargne-études). Ce qui totalise un beau 2250 $ ! Non, ne cherchez pas, il n’y a pas d’entourloupe. Avouez qu’un cadeau du genre, ça ne tombe pas du ciel !

À Noël, offrez un REEE

L’épargne-études au Canada est un programme universel. C’est-à-dire que tous les citoyens peuvent y souscrire. Selon moi, il est cependant inutile de cotiser au-delà des sommes admissibles aux subventions, soit 2500 $ par année par enfant.

Si les montants que vous venez de lire vous semblent hors de votre budget, il vous est possible de cotiser automatiquement toutes les deux semaines ou au mois avec des montants inférieurs, voire modestes. Par exemple, 25 $ par quinzaine dans un placement diversifié admissible peut valoir plus de 19 000 $* dans 16 ans.

Suggestion cadeau : Lire et Tirelire vol. 2

Le deuxième ouvrage du planificateur financier Charles Hunter-Villeneuve passe en revue toutes les prouesses que peut réaliser un REEE bien investi. Cette bande dessinée financière démystifie les régimes d’épargne-études avec humour et avec des exemples des plus pertinents. On y apprend, entre autres, que pour des familles à faible budget les subventions, incitatifs et bons d’études spéciaux pourraient gonfler le capital jusqu’à 3000 %. L’ouvrage est disponible dans certaines librairies ou par le site BouquinBec.ca.

*Exemple basé sur un taux de rendement annualisé composé de 5 %.

RAPPEL SUR LE REEE

  • L’enfant doit avoir un numéro d’assurance sociale
  • Cotisation maximale à vie de 50 000 $
  • La subvention canadienne est de 20 %, plafonnée à 500 $/an
  • L’incitatif québécois est de 10 %, plafonné à 250 $/an
  • L’enfant devra fréquenter à temps plein ou partiel un établissement postsecondaire reconnu
  • Les cotisations sont non déductibles
  • Les régimes individuels et familiaux (hors des fondations) sont plus souples et, souvent, plus performants

► Fabien Major est conseiller en épargne collective pour Major Gestion Privée Inc. de Gestion financière Assante ltée.

 Le Journal de Montréal / ARGENT / Dans vos poches

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Votre Satisfaction, notre priorité.